logoPharmacie  du Village

La rhinite : focus sur la rhinite allergique

La rhinite allergique se caractérise par des éternuements à répétition, le « nez qui coule », des chatouillements dans le nez, des larmoiements et une irritation des yeux. Lorsqu’elle est causée par le pollen, on l’appelle rhinite saisonnière ou, plus communément, rhume des foins.

Découvrez-en plus sur cette maladie dans cette fiche.

 Qu’est-ce que la rhinite allergique ?

La rhinite allergique se caractérise par des éternuements à répétition, le « nez qui coule », des chatouillements dans le nez, des larmoiements et une irritation des yeux. Lorsqu’elle est causée par le pollen, on l’appelle rhinite saisonnière ou, plus communément, rhume des foins.

Ces symptômes résultent d’une sensibilisation anormale et d’une réaction excessive du système immunitaire envers une substance étrangère au corps nommée allergène. Selon la personne, il pourra s’agir du pollen des plantes, de moisissures, de substances sur les poils ou la peau d’animaux ou d’autres particules. Lorsque cette substance entre en contact avec les yeux ou les voies respiratoires de la personne allergique, le système immunitaire met en branle une réaction inflammatoire. De l’histamine et d’autres substances inflammatoires sont alors « inutilement » libérées. Cette réaction entraîne la dilatation des vaisseaux sanguins et l’augmentation des sécrétions liées à l’apparition des symptômes de rhinite allergique.

La rhinite allergique apparaît la plupart du temps entre 5 et 20 ans. Selon la Fondation canadienne d’allergie, d’asthme et d’immunologie, de 20 % à 25 % des Canadiens souffrent de rhinite allergique. Les symptômes tendent à être plus prononcés qu’auparavant, selon l’observation de plusieurs médecins. Ce phénomène pourrait s’expliquer entre autres par la hausse des émissions de gaz à effet de serre. Ceux-ci auraient notamment pour effet d’augmenter la production de pollen des plantes et des arbres2.

Rhume des foins ou rhinite persistante ?

La rhinite saisonnière : le rhume des foins

Souvent appelée rhume des foins ou « fièvre des foins », elle apparaît périodiquement, le plus souvent au printemps et à l’été, avec la floraison de la plante allergène.

Au début du printemps, le pollen des arbres est fréquemment en cause, tandis qu’au mois de juillet, ce sont plutôt les graminées (les herbes des prairies, le foin et le gazon). Les personnes allergiques à l’herbe à poux (l’Ambrosia artemisiifolia) en souffrent à la fin de l’été lorsque la plante fleurit. Mentionnons que les moisissures, plus importantes au moment de la fonte des neiges et de l’entretien des pelouses, peuvent aussi déclencher une rhinite allergique.

Les symptômes de la rhinite saisonnière sont généralement aggravés par les séjours à la campagne ainsi que par l’exposition au grand air. Les personnes allergiques souffrent moins lorsqu’il pleut (la pluie rabat le pollen au sol) et lorsqu’elles restent à l’intérieur, portes et fenêtres bien fermées.

Et la « fièvre des foins »? L’expression tire son origine au début du XIXe siècle. À l’époque, les médecins observaient les symptômes surtout chez les paysans, après la période des foins. On l’appelait fièvre parce que ceux qui en étaient atteints devenaient agités. Anciennement, l’agitation était considérée comme l’une des caractéristiques de la fièvre. Note : les patients atteints de rhinite allergique ne font pas de fièvre.

La rhinite persistante

La majorité des personnes souffrant de rhinite persistante sont atteintes d’une rhinite appelée vasomotrice qui est non allergique. Elle apparaît généralement après l’âge de 20 ans, et survient souvent en situation de stress. Elle se déclenche lors de variations de températures ou d’humidité, en présence de fumée, de poussière, de fortes odeurs de produits chimiques ou en réaction à un médicament ou à des changements hormonaux.

La rhinite persistante peut aussi être provoquée par des substances allergisantes présentes en permanence dans l’environnement de la personne, à la maison ou au travail. La personne atteinte semble perpétuellement enrhumée. La poussière, les animaux et certaines moisissures sont autant de déclencheurs possibles. La crise se déclenche souvent au réveil et peut se répéter plusieurs fois par jour.

Les acariens sont une cause très courante de rhinite allergique persistante. Il s’agit de mites microscopiques qui se nourrissent des squames de peau humaine. Ils apprécient les environnements chauds et humides. On les trouve dans les matelas, les oreillers, les divans, les tapis et la poussière. Les gens qui réagissent aux acariens sont en fait allergiques à leurs déjections.

Les symptômes de la rhinite allergique

Les symptômes persistent aussi longtemps que la personne est exposée aux allergènes. Même si les symptômes du rhume des foins réapparaissent chaque année au moment où la plante fleurit, ils tendent à diminuer avec l’âge. D’autre part, certaines personnes développent des allergies au pollen seulement à l’âge adulte.

  • Le nez qui pique, qui coule et des sécrétions très liquides ;
  • des démangeaisons, des larmoiements et des rougeurs aux yeux ;
  • des éternuements en série ;
  • une congestion nasale ;
  • une tension dans la région des sinus ;
  • des maux de gorge, une voix rauque ou une toux ;
  • des démangeaisons dans la gorge ou le palais ;
  • une altération du goût, de l’odorat et de l’acuité auditive (surtout chez les enfants) ;
  • de la fatigue, de l’irritabilité et de l’insomnie, lorsque les symptômes durent plusieurs jours.

En savoir plus